FEMUA : A’Salfo, envoie un message fort aux artistes togolais


FEMUA : A'Salfo le Commissaire Général du Fesival envoie un message fort aux artistes togolais

Le 14ᵉ Festival des Musiques Urbaines d’Anoumabo (FEMUA) a vu ses rideaux tombés le 15 mai derniers. À la cloture de cette édition placée sous le thème : « l’entrepreneuriat et l’employabilité des jeunes », A’Salfo le lead vocal du groupe Magic System et Commissaire Général du festival s’est confié au micro de l’envoyé spécial de MIABE TOGO ACTU.

FEMUA : A’Salfo, le Commissaire Général du festival envoie un message fort aux artistes togolais

Pouvez-vous dire que cette quatorzième édition a été une réussite ?

Pour moi (A’Salfo) une édition réussie est celle sur laquelle tous les artistes annoncés ont répondu présents, une édition dont la mobilisation a dépassé les attentes, une édition sur laquelle le message du thème abordé a été véritablement passé. Et cerise sur le gâteau, c’est aussi une édition sur laquelle le parrain à briller par sa présence aux côtés de la jeunesse. 

Je profite d’ailleurs de l’occasion pour dire merci au Premier Ministre Patrick Achi qui, en plus d’avoir accepté de manière spontanée à être le parrain de l’édition 14, a tenu à faire le déplacement pour célébrer le FEMUA aux côtés des milliers de jeunes qui étaient là. Donc, pour moi, c’est une édition plus que réussie. Le seul hic, c’est que quand vous finissez une édition réussie, cela vous donne une pression supplémentaire pour l’édition à venir. Alors, nous réfléchissons déjà sur la stratégie à adopter pour que le Femua 15 soit meilleur que le 14.

FEMUA : A’Salfo, le Commissaire Général du festival envoie un message fort aux artistes togolais

Le FEMUA ce n’est pas seulement les concerts, c’est aussi les masters class, des formations à l’endroit de la jeunesse et aussi du social…parlez-nous en !

Le Femua est un festival citoyen qui a été créé aussi pour faciliter les rencontres entre la jeunesse et les décideurs, qu’ils soient publics ou privés. Les jeunes ne viennent pas seulement pour chanter et danser. Le Femua est une plateforme d’échanges où l’on débat et discute de leurs problèmes et aussi des thèmes d’actualité qui rythment leur vécu. Tout le monde sait que dans notre pays et partout ailleurs sur le continent africain, l’entrepreneuriat et l’employabilité des jeunes est un sujet d’actualité qui mine notre société.

 Donc il était important de rassembler les jeunes, de créer une tribune où ces jeunes pourraient débattre autour de tous les aspects de cette problématique, mais surtout créer un espace de rencontres avec toutes ces grosses entreprises privées et parapubliques. Je cite pour exemple l’agence pour l’emploi des jeunes qui avait ouvert un guichet sur le site du FEMUA pour tous les jeunes en quête d’emploi. 

En un mot, ce sont des opportunités que nous offrons à cette jeunesse qui a besoin d’apprendre, de se former, mais aussi de saisir des opportunités d’emplois ou de prendre langue avec des structures pour de partenariats professionnels à court ou à moyen terme. C’est d’ailleurs tout ce qui a justifié le choix du thème de cette édition qui n’est autre que « l’entrepreneuriat et l’employabilité des jeunes ».

Lire aussi :   Déclaration d’amour poignante de Vanessa Bryant à son époux et sa fille pour la Saint Valentin

FEMUA : A’Salfo, le Commissaire Général du festival envoie un message fort aux artistes togolais

Nous remarquons qu’en plus des jeunes, les enfants ont été aussi associés au festival, à travers le Femua kids, était-il important ?

Le Femua kids a été initié depuis l’édition 8 ou 9. Il était important d’associer les enfants, car nous avons compris qu’il vaut mieux passer certains messages clés aux enfants afin qu’ils grandissent avec des valeurs. Par exemple, si l’enfant grandit avec des notions de cohésion nationale, de partage, de non-violence ou de l’excellence, je crois que c’est une bonne semence pour le pays et le continent au lieu de le laisser grandir d’abord avant de les lui inculquer.

Le Femua kids répond aussi à un autre besoin, celui de permettre aux enfants des quartiers défavorisés venus des pouponnières, des orphelinats, des centres de rééducation de venir s’amuser dans un meilleur décor que les moyens de leurs parents ne leur auraient pas permis d’avoir. Vous savez, il y a des enfants qui n’ont jamais vu un ballon gonflable ou un toboggan. Le Femua leur donne la chance de le voir et de passer une journée entière de divertissement dans ce décor. Le Femua kids à un caractère éducatif, lucratif, mais aussi social.

FEMUA : A’Salfo, le Commissaire Général du festival envoie un message fort aux artistes togolais

En tant que journaliste togolais, je m’en voudrais de ne pas vous poser cette question. Je constate que le Togo (artistes) n’est pas véritablement présent sur le festival alors que ce ne sont pas les talents et les artistes de renoms qui manquent chez nous ? Qu’avons-nous fait ?

C’est une très belle question, mais je dirai que les Togolais ont peut-être commencé par s’intéresser au Femua tardivement. Parce qu’avant Toofan qui a participé à deux reprises (artistes découvertes sur la petite scène et quelques années après, guest star, sur la grande scène), King Papavi Mensah était le tout premier artiste togolais à être invité sur la grande scène du Femua, en guest star.

Je reconnais que depuis lors, le Togo ne soit plus représenté et que par patriotisme tu plaides pour la cause de ton pays. En même temps, reconnaissons que l’Afrique, c’est 54 États et si le Togo se plaint alors qu’il a eu la chance d’être invité à 3 reprises, que diront les autres ? C’est-à-dire les pays qui n’ont jamais été invités. La difficulté du Femua, c’est qu’il faut souvent alterner. Et quand un pays passe sur une édition, parfois cela prend du temps pour qu’il revienne. C’est un peu le cas du Togo. 

Lire aussi :   Le "faux revenant" de Tokoin-Dogbéavou et ses complices arrêtés par la police

Mais votre question nous emmène à revoir notre copie. Pourquoi ne pas faire du Togo, un invité d’honneur sur les éditions à venir. Cela pourrait se faire après une discussion avec les plus hautes autorités politiques et culturelles du pays. Ainsi, le Togo aura l’occasion de montrer toute la richesse de sa culture au travers de ces artistes et aussi ce qu’elle regorge comme atouts et opportunités.

FEMUA : A’Salfo, le Commissaire Général du festival envoie un message fort aux artistes togolais

S’il faut parler de bilan du Femua, qu’est-ce que cela donne en chiffres ?

D’ici fin 2022, nous serons à notre neuvième école de construite avec plus de 8 000 enfants qui sont passés par ces écoles Magic System. Les premières promotions sont aujourd’hui à l’université. Le Femua, c’est plus de 10.000 emplois directs et indirects générés durant toutes ces éditions. 

C’est aussi l’impact touristique qu’il a, car à travers le Femua, beaucoup ont découvert la Côte d’Ivoire dans sa richesse et dans sa diversité. Mais, à travers le FEMUA, d’autres pays ont également été découverts. Maintenant, sur le plan artistique, le Femua a vu défiler sur ses podiums plus de 200 grands artistes. 

S’il faut ajouter les artistes de la scène découverte, nous sommes approximativement à 500 artistes d’Afrique et de sa diaspora, des plus grands, aux plus jeunes. Nous n’allons pas perdre de vue l’écosystème économique et culturel qui s’est développé durant toutes ces éditions.

Sur le plan social, il y a eu aussi un fort impact, notamment avec des centres de santé, fruits du Femua, qui s’ajoutent aux écoles. Néanmoins, nous ne pouvons pas nous taper la poitrine pour dire que nous avons assez fait, mais nous pouvons être fiers de ce que nous avons pu faire par le biais du FEMUA jusqu’à ce jour. Le meilleur est encore à venir.

FEMUA : A’Salfo, le Commissaire Général du festival envoie un message fort aux artistes togolais

La RDC était à l’honneur sur cette quatorzième édition, dites-nous, y a-t-il des critères particuliers pour le choix du pays invité d’honneur ?

Oui, il y a des critères particuliers, mais pas fixes. La RDC a été choisie pour deux raisons : un de ses fils (Papa Wemba) non des moindres est tombé sur la scène du Femua le 24 avril 2016, micro en main ; la rumba, célèbre genre musical qu’il a défendu durant toute sa vie, a été inscrite le 14 décembre 2021 au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’Unesco.

Lire aussi :   "Je vais enceinter Eudoxie Yao", Grand P dévoile nombre d'enfants qu'il compte avoir

 Tout cela a joué en sa faveur. Nous avons fait d’une pierre deux coups. C’est-à-dire rendre hommage à Papa Wemba, à la musique qu’il a su promouvoir et aussi à la RDC, un grand pays musical qui a aussi une richesse extraordinaire. Le jour qu’on voudra choisir le Togo comme pays invité, on cherchera des critères qui joueront en sa faveur.

FEMUA : A’Salfo, le Commissaire Général du festival envoie un message fort aux artistes togolais

Vivement que le tour du Togo arrive ! Une question amusante pour finir, ceux qui vous suivent sur votre page Facebook (A’Salfo) ont dû remarquer que vous avez une façon propre à vous de répondre aux commentaires de vos abonnés, qu’est-ce qui n’a pas marché le « vieux » ?

(Rires) vous savez, quel que soit le niveau où la vie peut vous placer à un moment donné, il est important de montrer à nos abonnés que nous faisons attention à leurs commentaires, à tout ce qu’ils nous disent. Ils doivent nous sentir plus près d’eux. Et pour moi, échanger avec un fan ou un abonné sur ma page, ne devrait pas se faire avec une barrière. 

Cela devrait se faire comme si on échangeait avec un ami ou un frère au quartier. Moi j’ai choisi de le faire à l’ivoirienne, avec l’attachement qui va avec (moquerie, humour, autodérision, etc.) et vous voyez que ça marche. Néanmoins, je fais attention pour ne pas froisser ou vexer le fan, car s’il a choisi ma page sur mille autres, c’est avant tout par amour.

Un mot pour les artistes togolais qui rêvent de la scène du FEMUA….

C’est juste leur dire de garder patience. Prochainement, nous ferons, mon équipe et moi de sorte que le Togo soit bien représenté. Mais il faut aussi que les artistes togolais signalent leur présence sur des plateformes autres que togolaises. Qu’ils partagent leurs œuvres sur des plateformes internationales. Cela permettra à mon comité de sélection de les repérer le plus vite et surtout les choisir afin qu’ils viennent représenter valablement le Togo comme King Mensah et Toofan l’ont déjà fait.

Rappelons que le FEMUA 14 a eu lieu du 13 au 15 mai 2022 à Abidjan, la capitale ivoirienne et à San Pedro, une ville de la Côte d’Ivoire. Cette édition a vu la participation de 12 artistes ivoiriens et internationaux.   

Que pensez-vous du message d’A’Salfo à l’endroit des artistes Togolais ? Nous voudrions bien vous lire dans les commentaires. L’équipe de Gnadoe reste toujours à votres service.


Quelle est ta réaction?

Fun Fun
1
Fun
J'adore J'adore
3
J'adore
Triste Triste
0
Triste
WTF WTF
0
WTF

Gnadoe ne pourra vivre que grâce à ses lecteurs et à ses abonnés. Vous êtes au cœur du projet, aidez –nous à le faire grandir. Nous avons beaucoup d’autres idées en tête pour faire rayonner ce media.
Votre soutien nous permettra de porter plus haut nos ambitions.

Nous soutenir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.